L'auteur

François Mauriac voit le jour en 1885 à Bordeaux avec une double ascendance, du côté maternel, celle d’une bourgeoisie urbaine catholique et du côté paternel, celle de propriétaires terriens en Sud Gironde, entre landes et vignobles. Après des études de lettres, il quitte l’Aquitaine pour Paris et démissionne de l’École des Chartes où il était admis pour se lancer dans une carrière littéraire. Salué par Barrès en 1910 dès la parution de son premier recueil de poèmes Les Mains jointes, il ne connaîtra véritablement le succès qu’en 1922 avec Le Baiser au lépreux. Romancier, poète, dramaturge, essayiste, journaliste, l’auteur de Thérèse Desqueyroux entre à l’Académie française en 1933. Passé maître dans l’art de décrire les passions qui tourmentent les êtres, François Mauriac est également un remarquable exemple d’intellectuel engagé : la Guerre d’Espagne est la première étape d’un parcours où il défendra toujours la place de la morale en politique. Sous l’Occupation, il publie clandestinement aux Éditions de Minuit un petit ouvrage capital, Le Cahier noir, où il formule les principes de son engagement. En 1952, le romancier se voit décerner le Prix Nobel de littérature qui consacre le caractère universel de son oeuvre. Les dernières années de sa vie sont le couronnement de son oeuvre journalistique. Dans son Bloc-notes donné à L’Express, puis au Figaro Littéraire, il s’engage par fidélité aux préceptes de l’Évangile pour que la France choisisse la voie de la décolonisation au Maroc, en Indochine, en Tunisie, puis en Algérie. Le journaliste Mauriac est désormais reconnu, à l’égal du romancier, dont la veine créative perdure jusque dans les dernières années de sa vie, puisqu’il publie son dernier roman, Un Adolescent d’autrefois, avant de s’éteindre le 1er septembre 1970.

 

Le domaine de Malagar (Gironde)

Situé sur la commune de Saint-Maixant, aux confins de plusieurs régions touristiques et viticoles prestigieuses, Malagar est un site exceptionnel dominant la vallée de la Garonne, la ville de Langon et la forêt des Landes. Propriété des moines Célestins de Verdelais sous l’Ancien Régime, le domaine entre dans le giron de la famille Mauriac en 1843, lorsque Jean Mauriac, arrière-grand-père de l’écrivain, s’en porte acquéreur. C’est à cette époque que Malagar prend l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui : une maison de maître enserrée par deux chais, un bâtiment de ferme prolongé par deux auvents, un parc de quatre hectares et un vignoble de quatorze hectares. François Mauriac hérite du domaine en 1927. Pâques, l’été, le temps des vendanges sont des occasions régulières de venue à Malagar pour l’écrivain et sa famille. Lieu de vie, le site est aussi pour le romancier un havre de paix propice au travail et demeurera un lieu d’inspiration privilégié jusqu’à sa dernière venue en 1968. Patrimoine du Conseil Régional d’Aquitaine depuis 1986, le domaine est classé monument historique. Dans l’ancien chai à vin rouge aujourd’hui aménagé en salle d’exposition, clichés d’époque, photos de scènes familiales, documents historiques engagent le visiteur à découvrir l’itinéraire d e cet écrivain à travers l’histoire du XXe siècle. La visite guidée de la maison, laissée telle qu’il l’a connue, fait partager l’univers et l’intimité du Prix Nobel de Littérature.