L'auteur

Jean-Louis Guez de Balzac, Conseiller d’Etat et historiographe de France, figure parmi les maîtres de la littérature épistolaire. Il fut l’un des réformateurs de la prose classique dans la première moitié du XXVII ème siècle.

Né à Angoulême sous le règne d’Henri IV, Balzac était le filleul du duc d’Epernon et fils aîné des trois enfants de Guillaume Guez et Marie de Nesmond.

Elève de Nicolas Bourbon qui lui transmit le goût de l’antiquité, il paracheva ses études par un séjour à Rome en 1621-1622.  En 1624, il devint célèbre à l’âge de vingt sept ans avec la publication d’un premier recueil de Lettres qui lui valut un concert de louanges dans toute l’Europe. Adressées à des grands, à des confrères (Chapelain, Conrart…), à des amis, ces lettres portent à la fois sur des sujets de circonstance comme sur des questions politiques, littéraires ou morales.

Les esprits les plus éminents de son temps le considéraient comme le prince des orateurs; Richelieu le nomma Souverain de la République des Lettres.

Mais sa jeune gloire attisait les jalousies. Elle souleva des polémiques.Déçu, Balzac se retira dans ses terres où il fut regardé comme l’ « Oracle de la Charente ». Il y vécut de longues années et son oeuvre en est tout imprégnée.

Outre ses célèbres Lettres, l’écrivain nous a laissé des dissertations et traités : Le Prince (1631),  portrait du souverain idéal, Le Barbon (1648), pamphlet dirigé contre les pédants et le Socrate chrétien (1652), amplification morale et panégyrique de la religion catholique.

Admis à l’Académie en mars 1634, il fut l’un des premiers académiciens mais fut dispensé d’assiduité, préférant « les plaisirs de la vie retirée ».

Jean-Louis Guez de Balzac mourut le 8 février 1654. Selon son désir, il fut inhumé à Angoulême, dans l’hôpital Notre-Dame des Anges, aux pieds des pauvres auxquels il avait légué la plus grande partie de sa fortune. Il repose aujourd’hui dans la chapelle des Cordeliers, ancien hôpital d’Angoulême.

Le Château de Balzac

Le château de Balzac est situé sur la commune de Balzac, à huit kilomètres au nord-ouest d'Angoulême.

Edifié en bordure de la Charente, le château et son parc rappellent le souvenir de Jean-Louis Guez de Balzac qui en fit son ermitage et que le célèbre écrivain charentais évoque en des pages d'une rare sensibilité.

La terre de Balzac est un ancien fief. C'était une seigneurie avec tour et hôtel noble qui relevait de l'évêché d'Angoulême et de la baronnie de Tourriers, laquelle fut acquise en 1398 par Guy de La Rochefoucauld.

L'hôtel noble, dont il reste des vestiges, fut remplacé par la demeure actuelle que firent édifier, vers 1600, Guillaume Guez, Trésorier provincial de l'extraordinaire des guerres, et son épouse Marie de Nesmond. L'une des cheminées du logis porte leurs monogrammes.

Ce fut la demeure des champs où les Guez se retiraient quand ils quittaient leur maison d'Angoulême "embellie et enrichie de raretés si exquises", écrit Saint-Romuald, que du 4 mars au 29 août 1619, Marie de Médicis "ne voulut point faire son séjour autre part, jusqu'à la paix que lui donna son fils Louis Treizième".

Pendant le séjour de la Reine Mère chez les Guez, la seigneurie de Balzac devint le carrefour où se rencontrait l'élite de l'époque: on y voyait Richelieu, le duc d'Epernon, le cardinal de La Rochefoucauld, le comte de Béthune; et, quand à la fin du mois d'août, Marie de Médicis et sa brillante escorte quittèrent Angoulême pour se rendre à Tours, le poète Boisrobert prit congé de Balzac en écrivant une ode:

Entre la Charente et la Touvre

Dedans un séjour écarté

J'ai plus d'heur et de liberté

Que le roi n'en a dans le Louvre...

Adieu jardins de musc et d'ambre

Je m'en vais encore à la Cour

Faire le badin tout le jour

Sur le coffre d'une antichambre

Contact

Le château de Balzac est ouvert au public pendant l'été et pour les journées du patrimoine.

Renseignements: 05 45 68 15 16